Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr

Accueil > Mener une action > Exemples d’actions > Les Clés de l’Education routière (Association Prévention Routière et Assureurs (...) > Rouler vers l’autonomie en IME

Clés de l’Education Routière 2012

Rouler vers l’autonomie en IME

IME St Exupéry - ADAPEI 40 - Académie de Bordeaux

mercredi 10 octobre 2012


Établissement lauréat du premier prix des Clés de l’Éducation routière, catégorie IME.

Quatorze jeunes âgés de 14 à 20 ans se sont préparés durant l’année scolaire à devenir des cyclistes autonomes, attentifs et vigilants. En apprenant certaines règles du code de la route, la signalisation  , une fois par mois, les participants se sont initiés à la maîtrise de la bicyclette.

 Les objectifs

L’objectif était de préparer les jeunes à un apprentissage de l’autonomie et du déplacement  . Le projet était de préparer les adolescents scolarisés de l’IME à l’Attestation de Première Éducation routière (APER  ), à utiliser, seuls, leur bicyclette pour effectuer des trajets urbains ou en milieu rural afin de se rendre à leur travail ou pour aller faire leurs achats.
Les élèves devaient acquérir un comportement   adapté à la diversité des contextes de circulation, dans le respect des règles du code de la route.

Un groupe de quatorze adolescents de 14 à 20 ans furent choisis (IME et IMPro) car ils étaient plus susceptibles d’avoir à se déplacer de manière autonome de leur lieu de vie à leur lieu de travail protégé (ESAT - Établissement et Service d’Aide par le Travail).
Le projet était également en adéquation avec les programmes d’enseignement, avec la volonté de l’association A.D.A.P.E.I. de développer les compétences sociales des jeunes, avec les préconisations des A.R.S. (Agence Régionale de Santé) et avec la demande des jeunes désireux d’apprendre à se déplacer seuls à l’avenir.

 Le déroulement du projet

Un calendrier annuel des séances a été défini et communiqué à la direction de l’établissement, des éducateurs et des autres intervenants (équipe encadrante des ateliers constituée d’un professeur des écoles spécialisé, d’une éducatrice technique spécialisée, d’une éducatrice sportive et d’un bénévole enseignant spécialisé à la retraite). Le calendrier fixait onze séances en situation, en milieu protégé, le vendredi après midi pendant deux heures.
Les autres vendredis étaient consacrés à un apprentissage théorique en classe avec parfois des mises en situation pour initier la rencontre mensuelle permettant une remémoration de la séance du mois précédent.

Le projet concernait des champs disciplinaires transversaux, en français (langage oral, lecture, vocabulaire technique), en mathématiques (repérage sur plan, figures planes), en sciences (règles de sécurité, objets mécaniques) et en instruction civique et morale (s’intégrer à un groupe plus nombreux, intégrer des règles de sécurité ...), pour un niveau d’enseignement de CE1.

A la fin de chaque séance, qui étaient observées et évaluées par l’équipe, un bilan était écrit et permettait de préparer la séance suivante. En fin de cycle, l’APER sera délivrée et figurera dans le dossier scolaire.

Voir la vidéo réalisée par la Prévention Routière et Assureurs Prévention (Chaine Youtube de l’association).

 Le bilan

Cette expérience a été très enrichissante pour plusieurs raisons :

  • les élèves étaient très motivés,
  • chacun s’est impliqué et volait progresser,
  • l’activité était valorisante et certains ont pris des initiatives dans l’organisation et la gestion du matériel,
  • les élèves se sont mis en relation d’aide, alors qu’au départ, ils avaient tendance à se mettre en compétition,
  • les élèves ont appris à doser leur force et leurs efforts physiques,
  • l’alternance entre enseignement didactique et mise en pratique a permis une meilleure mémorisation des règles à respecter au niveau du code de la route, une meilleure progression des élèves et des progrès très nets de leur part,
  • l’anticipation, qui est si difficile à faire acquérir avec ces jeunes est en progrès,
  • chacun a pris beaucoup de plaisir à participer à cette activité,
  • les élèves ont gagné en confiance, ont montré une meilleure entente entre eux au cours des différentes séances,
  • la trousse de secours n’a été utilisée que deux fois !
  • les jeunes ont beaucoup apprécié l’intervention de la personne bénévole, extérieure à l’établissement.

Les objectifs ont été atteints surtout en matière de freinage, d’anticipation, des distances à respecter avec le véhicule   qui précède.

Coût du projet : pas de coût différent des activités habituelles.

Le projet initial a été respecté.

Maintenant, il pourrait être poursuivi avec des situations de circulation par petits groupes en milieu urbain, en empruntant les pistes cyclables dont la ville de Mont-de-Marsan est dotée. Cela permettrait de mieux préparer les jeunes susceptibles d’entrer prochainement en E.S.A.T., de les habituer à faire les trajets et à mieux se repérer en ville.

Les élèves veulent poursuivre avec l’apprentissage des ASSR1   et 2. Certains se voient déjà rouler avec un scooter pour aller travailler.

L’envie d’initier un nouveau groupe plus jeune est aussi une éventualité que l’équipe a envisagée. Les candidats sont nombreux et impatients de commencer...

Quelques recommandations : pour gagner du temps, bien vérifier le matériel avant la séance (l’état des vélos, les casques adaptés à chacun). Les jeunes ont mis beaucoup de temps avant de savoir mettre et régler, seuls, leur casque  .
Pour la trousse de secours, se munir de pansements en croix de type tricostéryl car cela énerve les élèves quand le pansement ne reste pas collé dans la main (blessure la plus fréquente). Cela peut démobiliser et détourner l’attention.

Propos recueillis à partir du dossier remis à la Prévention routière   pour le concours par Mme Faucon, enseignante responsable du projet.