Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr

Accueil > Mener une action > Exemples d’actions > Les Clés de l’Education routière (Association Prévention Routière et Assureurs (...) > La sécurité routière comme fil rouge d’une année en 1ere ST2S

La sécurité routière comme fil rouge d’une année en 1ere ST2S

Lycée polyvalent Carnot - BRUAY La Buissière - Académie de Lille

jeudi 20 septembre 2012


Ce projet a obtenu le prix « lycées » du concours des Clés de la Prévention routière   2012.

Le contexte

Plusieures raisons nous ont motivées pour mettre en place ce projet :

Pendant 3 années scolaires ( de septembre 2008 à juin 2011) et dans le cadre d’un projet PTS ( plan territorial d’action de santé ) , nous avons mené avec des classes de séries ST2S , une enquête psycho-sociale afin de recueillir l’opinion et la place qu’accorde chaque élève du lycée à sa santé et son bien être. Nous avons découvert en exploitant les enquêtes que , plus les lycéens avançaient en âge  , plus ils consommaient d’alcool   et de substances addictives . Or cela est inquiétant lorsqu’ils deviennent usagers de la route. Nous avons donc souhaité mener une nouvelle enquête, cette fois axée sur l’opinion et le comportement   des élèves en âge de conduire quant à leur comportement sur la route.

Notre lycée a été frappé à plusieurs reprises par les décès brutaux d’élèves sur la route, dont un jeune de 15 ans au début de l’année scolaire 2011 - 2012 .

Nous souhaitions ensuite créer un projet transversal dans notre 1ière ST2S. La démarche de projet est au programme de la classe de première en Sciences sanitaires et sociales , et prévenir les conduites à risque est un axe fort de ce programme. Le thème de la prévention routière a servi de fil rouge dans l’année pour plusieurs disciplines . Ce projet s’inscrit également dans l’un des axes du projet d’établissement « s’impliquer et s’ouvrir aux monde » qui a pour objectif d’accompagner les élèves vers la prise de responsabilités et de les rendre acteurs.

Les objectifs

Nous voulions organiser une action de sensibilisation contre les comportements à risques   des étudiants et lycéens sur la route. Nous avions en effet deviné l’intensification de ces comportements abusifs. Pour cela, il nous fallait identifier les besoins de santé de la communauté scolaire pour en dégager des priorités d’action. Il nous fallait collecter des informations, les analyser pour nous permettre d’objectiver la situation et de dégager des besoins , puis mettre au point l’organisation de cette journée.

Nous voulions prioritairement rendre les élèves acteurs du projet, depuis sa conception jusqu’à sa réalisation. Cela signifie repérer, comprendre et mettre en œuvre chacune des étapes de la démarche de projet en santé, mais également recenser un certain nombre de besoins, les hiérarchiser afin d’en dégager des priorités d’action qui tiennent compte du temps, de l’argent disponible et du degré de mobilisation de l’établissement.
Les élèves étaient donc chargés de la ventilation du questionnaire, de son dépouillement, de son exploitation et de la réalisation du rapport d’enquête . Puis ils ont dû organiser la journée de la prévention routière du 16 mars 2012 ce qui comprenait la conception et la tenue des stands , le planning de la journée , la communication autour de cette journée ( dans le lycée et la presse locale ), la répartition des rôles et l’évaluation de l’impact de la journée.

Enfin nous voulions mettre en œuvre un projet transversal dans la classe de1ière St2S1 , autour de plusieurs disciplines. L’exploitation du questionnaire devait permettre un travail alliant Mathématiques et ST2S et mobiliser des compétences demandées par les programmes de ces 2 disciplines. Puis le thème de la sécurité routière devait servir de fil rouge pour l’année scolaire, en St2S bien sur, en biologie humaine, mais aussi en mathématiques encore , en physique-chimie et en histoire géographie.

Préparation du projet

La création du projet est due aux enseignantes de Mathématiques et de Sciences et Technologies de la Santé et du Social en mai / juin 2011 , en accord avec le chef d’établissement et avec le concours de l’équipe éducative afin de travailler l’interdisciplinarité avec le français (la transgression et la communication) la biologie (l’urgence, les traumatismes, l’imagerie médicale...) l’histoire et géographie ( l’accidentologie dans les différentes régions et l’évolution de la prévention routière...).

Puis l’enseignante de STMS s’est chargée d’identifier les moyens humains, matériels et organisationnels durant l’été. Elle a contacté les différents partenaires extérieurs : MAIF , MACIF   pour la voiture tonneau , Préfecture   du Pas de Calais, le SDIS 62 et les sapeurs pompiers de Bruay , mairie de Bruay Labuissière.

En septembre 2011, nous avons obtenu l’accord du SDIS et des sapeurs pompiers de Bruay pour organiser l’action après étude de faisabilité pour la désincarcération d’un véhicule   dans le lycée.

La recherche de fonds pour pouvoir accueillir la voiture tonneau fut laborieuse : nos demandes de participation de la mairie et au projet label vie furent sans succès. C’est grâce à la MACIF PREVENTION que notre projet a pu se réaliser car , suite au passage de notre dossier en commission en décembre 2011, la MACIF nous a accordé la prise en charge intégrale de l’ensemble voiture tonneau et de la camionnette contrôle trois points , dont l’animation a été confiée à l’Automobile   Club du Nord de la France.

Mme Guyot a également sollicité la MAIF PREVENTION , qui nous a prêté une exposition « la bonne conduite ; prévenir les accidents de la route ? L’affaire de Tous » et offert des dépliants . Des bénévoles sont venus pour faire une intervention auprès des élèves sur les facteurs de risque d’accidents, avec des témoignages.

Puis l’établissement a pris à sa charge les contraintes matérielles, comme les frais de branchement électrique pour la voiture tonneau , la mise en sécurité des lieux de l’action et leur aménagement (le proviseur s’est chargé de demander l’autorisation à la mairie de disposer des parkings contigus au lycée et la mairie a fourni des barrières afin d’en fermer l’accès au public ) , l’accueil des personnels extérieurs , les diverses fournitures nécessaires.

La journée de prévention routière a eu lieu dans le lycée le vendredi 16 mars 2012.

Réalisation du projet

Le projet s’est déroulé en trois temps forts

Tout d’abord la partie concernant le questionnaire. D’octobre à décembre 2011, la classe , en cours de St2S , a élaboré le questionnaire ( ci-joint) sur les conduites à risque et ventilé le questionnaire dans les classes de BTS et de terminale. La méthode des quotas ayant été retenue, il a fallu concevoir l’échantillon puis collecter les réponses de notre échantillon de 100 jeunes ( le dépouillement a pris 9 heures de TD ) . Les résultats ont été exploités en cours de St2S ( tri à plat ) et en cours de mathématiques ( tri croisé ). Les élèves ont du réaliser un diaporama ( la version définitive des élèves est jointe ) , des devoirs maisons en maths et un rapport d’enquête par groupe ( voir quelques copies ci-jointes ).

Le second trimestre (entre janvier et mars 2012) fut occupé par la préparation de la journée de prévention routière.
De nombreux TD de St2S furent consacrés à la méthodologie de projet, afin d’en comprendre les différentes étapes mais aussi à la réalisation d’affiches et de dépliants ( des productions d’élèves sont jointes ) ou à l’organisation administrative , qu’il s’agisse de préparer les plannings de répartition des tâches , de passage des classes dans les stands ( il s’agissait de prévoir un emploi du temps pour chacune des classes ciblées ), des différents formulaires d’inscription aux activités ou des tableaux d’évaluation de chaque action.
Parallèlement, en cours de Français , les élèves se sont chargés de la communication écrite en rédigeant un message à diffuser à la télévision du lycée ou un article de journal pour la presse écrite locale.

Le second temps fort fut bien sur la journée du 16 mars, durant laquelle les élèves ont été acteurs : par groupe de 2 à 3 , ils ont pris en charge une activité ou un stand en aidant au bon déroulement ou animaient eux-mêmes des stands et étaient directement au contact des lycéens venus ( accompagnés de leurs professeurs).
Ainsi certains élèves ont assisté les professionnels sur les stands en veillant au respect du planning de passage prévu par exemple , d’autres ont accueilli les classes et gérer les flux d’arrivants en visite libre .

Les activités et ateliers proposés lors de cette journée étaient :

  • La voiture tonneau
  • Une action de sensibilisation menée par des personnels de la MAIF
  • Un contrôle 3 points réalisé par un professionnel ( les lycéens et étudiants propriétaires d’un véhicule ancien se sont inscrits quelques jours avant , 15 voitures furent contrôlées )
  • Deux reconstitutions d’accidents ont été menées par des sapeurs pompiers dans la cour du lycée , dont une avec désincarcération.
  • Un stand SIMALC ( logiciel simulateur   d’alcoolémie ) animé par un professionnel, collaborateur de la MACIF.
  • Des élèves ont exposé le travail de la classe sur le questionnaire ( en faisant part de notre inquiétude ) et le travail fait en Biologie sur les traumatismes consécutifs aux accidents et des travaux réalisés en Histoire-Géographie.
  • D’autres élèves ont présenté l’exposition intitulée : « la bonne conduite , prévenir les accidents de la route ? l’affaire de tous ! » prêtée par la MAIF. Après avoir étudié le livret d’accompagnement, qui comprend un QCM, ils l’ont soumis à chacun des visiteurs de ce stand .
  • Le groupe relais de lycéens « Just’1 et picolette » ( élèves d’autres classes) tenait un stand pour sensibiliser aux dangers de la prise excessive d’alcool.
  • Les infirmières du lycée se sont chargées d’un stand autour du thème du cannabis.
  • Enfin une table était aménagée d’un livre qui sera ensuite déposé au CDI, pour recevoir des messages à l’attention de proches disparus lors d’un accident   de la route. C’était une demande personnelle des élèves de la classe ayant perdu un camarade en début d’année.

Les élèves de la section Cinéma et leur professeur Mme CURTIL ont filmé la journée et réalisé un DVD.

Enfin le troisième et dernier temps de notre action fut le samedi 14 avril 2012, à l’occasion de la journée portes-ouvertes du lycée. En effet, le lycée est alors ouvert à toute personne extérieure et les visiteurs libres sont le plus souvent des parents, des élèves , anciens élèves ou collégiens de 3ième futur-lycéens
Nous avons profité de cette journée pour faire une piqûre de rappel de l’action mise en place le 16 mars.

  • Nous avions conservé l’exposition « la bonne conduite , prévenir les accidents de la route ? l’affaire de tous ! »
    Les élèves ont à nouveau soumis le QCM à chaque personne entrant dans la salle. Les personnes réalisant un bon score (16-20) se sont vu remettre un éthylotest s’ils possédaient le permis, sinon il y avait des crayons, des règles et autres gadgets qui nous ont été offerts par les sapeurs pompiers.
  • La MACIF, a également contribué à cette journée, car nous disposions d’un logiciel simulateur d’alcoolémie à destination des parents qui accompagnaient leurs enfants et/ ou aux élèves majeurs possédant le permis ou entrain de la passer. Ce stand était tenu par des élèves de 1ière ST2S.
  • Un autre stand visait à expliquer le rôle des élèves dans ce projet par le diaporama sur le questionnaire ( ci-joint) , un film sur la prévention routière réalisé par un groupe d’élève, un diaporama sur les photos de la journée du 16 mars le tout présenté et expliqué par les élèves habillés pour l’occasion d’un gilet   jaune pour les distinguer des autres présentations.
  • Les travaux d’élèves en Histoire-Géographie, en biologie sont venus compléter l’exposition

Avant la sortie, étaient présents les professeurs pour répondre aux questions sur la filière et sur le sujet. A côté, d’eux un diaporama présentait la section ainsi qu’un dépliant.

Bilan

Nos objectifs ont été atteints :

  • Les partenaires sont repartis satisfaits de l’accueil, de l’organisation et surtout chose importante du comportement des élèves qui ont participé aux différents stands (à l’écoute, participatifs, intéressés...).
  • Les élèves et étudiants ont apprécié de participer au stand et beaucoup nous en ont remercié. Certains sont venus sur leur temps libre pour participer à l’action, d’autres ont même du patienté un long moment pour cela !
  • L’administration a félicité le travail des élèves et de l’ensemble des professeurs.
  • Les professeurs qui étaient prévus dans le planning des différents stands mais qui ont refusés l’invitation, poussés par leur classe, se sont vu contraints de venir voir les stands d’observations. Le bouche à oreille a été des plus important.
    D’autres professeurs ont regretté de ne pas tous être invités, ceci veut dire qu’ils n’ont peut-être pas compris l’objectif de ce projet ou tout au moins la population ciblée. Par ailleurs , nous avions des contraintes d’emploi du temps des classes.
  • La participation des élèves volontaires et des classes fut un succès pour tous les stands. Même pour le contrôle 3 points qui a connu quelques réticences au moment des inscriptions. Les élèves ainsi que le personnel pensait être pénalisé si le contrôle n’était pas bon. Encore, ils ne comprenaient pas que ce contrôle était réalisé par un professionnel. Donc, nous avons commencé notre journée avec peu d’inscrits. Nous avons pu constater qu’au fil de la journée, les élèves et les professeurs toujours grâce au bouche à oreille se sont déplacés et ont demandé aux élèves responsables de leur trouver un créneau horaire.

Les quelques conseils que nous donnerions :

Il est primordial de bien expliquer au préalable le pourquoi de ces stands afin d’éviter que cela ne devienne un jeu. En particulier, le passage à la voiture tonneau doit être le point final de la visite .
Le timing ne doit pas être trop serré , par exemple la désincarcération de l’après midi a commencé plus tard que prévu et s’est prolongée le temps de la récréation. On a pu constater que les élèves bien qu’intéressés n’ont pas pu s’empêcher de sortir du lycée pour « fumer » leur cigarette.

Propos recueillis à partir du dossier de Mme Sophie TETARD, professeur de mathématiques et Nelly GUYOT, enseignante de Sciences et Techniques Médico-sociales, porteuses du projet.

Documents joints