Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr

Accueil > Formation > Base de connaissances - Formation > Les témoins et les accidents > Paroles d’experts - L’accidentalité routière des jeunes : une problématique (...)

Paroles d’experts - L’accidentalité routière des jeunes : une problématique masculine.

Les garçons en première ligne

mercredi 28 décembre 2011


Série Paroles d’expert.

Cette vidéo est téléchargeable sur la Webtv de l’académie de Versailles.

Les garçons en première ligne


Pas de vie sans risque. Plus de vie par excès de risque.

Nous ne sommes pas tous égaux dans notre exposition au risque, notamment routier. Notre éducation et notre physiologie, dans sa spécificité selon que nous sommes garçon ou fille, induisent des comportements plus ou moins accidentogènes, jusqu’à devenir « ordaliques » pour les plus fragiles d’entre nous.

L’éducation a une influence sur le contrôle possible des conduites à risque.

L’accidentalité routière est la première cause de mortalité pour les 14-25 ans : il y a 82 garçons accidentés pour 18 filles en moyenne. Les garçons sont souvent responsables de ces accidents et les filles, des victimes.

Yves GERVAIS , psychosociologue, psychothérapeute pour adolescents, chargé de mission sécurité routière et chargé d’enseignement universitaire, et Bernard GONZALEZ, principal de collège et chargé de mission sécurité routière essayent de mettre en valeur et d’expliquer cette problématique masculine liée à la prise de risques  .

La prise de risque est normale pour un adolescent, mais calculée. Mais quand l’adolescent va mal, la prise de risque peut devenir extrême.

Vous trouverez des compléments de Y. Gervais et de B. Gonzalez sous forme de présentations sur le site :
- présentations de Y. Gervais
- présentation de B. Gonzalez et Y. Gervais (repérage précoce)

Pour compléter, l’étude de l’IFSTTAR   (ex INRETS) « Genres » (2008), qui apporte des informations sur la surmortalité masculine.

Marie-Axelle Granie, G. Espiau, P. Mallet, E. Vignoli, A. Abou et J. P. Assailly,
GENRE, RISQUES, EDUCATION, SOCIALISATION (GENRES). La psychologie du développement au service de la compréhension de la différence des sexes dans l’accidentologie routière, IFSTTAR, 2008.

Résumé
La réflexion sur le continuum éducatif en sécurité routière vise une meilleure adaptation des messages et des contenus aux cibles de l’action. Il existe dans l’accidentologie routière une différence qui traverse tous les niveaux du continuum : celle du sexe. Le projet GENRES (Genre, Risques, Education, Socialisation) se donne pour objectifs de cerner les facteurs explicatifs des différences de sexe dans l’accidentologie tant en termes de variables intermédiaires permettant leur manifestation (prise de risque, conformité à la règle, recherche de sensation, etc.), que d’influences sociales amenant à leur mise en place (pratiques éducatives, fratrie, attachement, etc.). Ce rapport se décompose en 6 chapitres. Socialisation différenciée au risque : influence de l’identité sexuée sur le rapport au risque et à la règle. Effet de la fratrie sur le rapport au risque. La différence de prise de risques routiers entre garçons et filles chez l’enfant et l’adolescent se réduit-elle à des différences interindividuelles d’identité sexuée et de recherche de sensations ? Prises de risques dans l’espace routier au cours de la prime adolescence : quel(s) rôle du sexe, de l’identité sexuée, des émotions et de la qualité des relations parents-adolescents ? Recherche de sensations, attachement aux parents et prise de risque dans l’espace routier chez l’adolescent piéton  . Genre, attachement, prises de risques et transgressions à l’adolescence.

et la mise au point récente
Granie, Marie-Axelle, Genre et rapport au risque dans l’espace routier : de la compréhension au levier pour l’action,1 janv. 2013

Résumé
Les données pointent une grande différence entre sexes en termes d’accidents dans l’espace routier chez les individus de sexe masculin, quel que soit leur âge  , résultat d’une plus grande implication dans une large variété d’activités risquées et physiquement dangereuses. Cet article fait un état des lieux des connaissances permettant de comprendre le rapport entre genre et accidentologie routière dans une approche psycho-socio-développementale, en pointant les effets de la conformité aux stéréotypes de sexe sur le rapport au risque et sur la conformité aux règles, notamment en termes d’internalisation. Il propose des pistes de changement pour le continuum éducatif en sécurité routière afin d’augmenter l’internalisation des règles tout en prenant en compte les stéréotypes de sexe.

Recommandation d’utilisation :

Cette vidéo est principalement destinée à un public adulte, de référents ou d’intervenants de sécurité routière.

La ressource doit appuyer une présentation d’accidentalité ou de constat d’accidentalité.