Retrouvez toute l'information sur le site education.gouv.fr

Accueil > Mener une action > Exemples d’actions > L’apprentissage de l’éducation routière : un moyen pour lutter contre le (...)

L’apprentissage de l’éducation routière : un moyen pour lutter contre le décrochage scolaire

Collège Condorcet, Saint Philibert de Grand Lieu, Loire Atlantique (ac Nantes)

vendredi 4 novembre 2011


Différentes raisons nous ont conduit à mener un tel projet :

Beaucoup d’élèves viennent à vélo   au collège.
Une section VTT a été ouverte au collège avec 14 l’achat de 14 VTT. Cette activité est donc très pratiquée au collège
- De nombreux élèves de 6è décrochent scolairement car ils ne trouvent pas assez de sens à leur apprentissage. Ils n’adhèrent pas à un apprentissage purement « théorique ». Leurs résultats et leur attitude s’en ressentent.
- Les élèves « décrocheurs » scolairement adhèrent très positivement aux activités physiques de pleine nature lors de l’enseignement de l’ EPS.
- Le collège Condorcet est situé dans une zone semi-rurale où les structures nous permettent d’aborder les Activités de Pleine Nature dans de bonnes conditions.

Raisons principales :

Nous avons commencé à mener un projet interdisciplinaire sur le décrochage scolaire ayant comme support le VTT. Nous avons eu lors de nos 2 premières sorties 3 chutes.
L’une de ces chutes a entraîné une blessure relativement importante d’une élève.
La raison de ces chutes a toujours été la même :

MANQUE DE DISTANCE DE SÉCURITÉ   ENTRE LES VÉLOS

En effet, les élèves se trouvent trop prêts l’un de l’autre (malgré les consignes de l’enseignant). Si celui qui est devant freine, celui qui est derrière passe par-dessus son VTT.
C’est pour cette raison que les élèves et l’équipe pédagogique ont décidé d’orienter l’axe du projet sur l’éducation routière.

C’est ainsi l’accident   qui a réellement été le moteur du projet sécurité routière.

Objectifs du projet

  • Redonner du sens aux apprentissages en utilisant ce travail sur l’éducation routière comme support d’apprentissage dans différentes disciplines scolaires : mathématiques, anglais, SVT, sciences physiques, éducation civique et français.
    Ce sont des élèves en décrochage scolaire, qui, volontairement regroupés dans un même classe travaillent sur ces notions.
    • Contribuer à l’acquisition de certaines compétences du socle commun, notamment les compétences 5, 6 et 7 :
      - L’exercice de la citoyenneté vécue en acte dans les apprentissages par l’appropriation de sens et de la nécessité des règles.
      - La capacité à assurer sa sécurité et celle des autres.
      - L’engagement dans différents rôles sociaux.
      - La construction d’un élève plus autonome, plus
      Responsable, capable de s’informer et de prendre des initiatives.
    • Permettre l’acquisition de compétences méthodologiques et sociales :
      Apprendre à construire un projet en respectant des règles sociales individuelles et collectives et de compétences propres à l’ EPS : «  se déplacer en s’adaptant à des environnements variés et incertains : faire des choix d’itinéraire dans un milieu situé en pleine nature nécessitant de s’engager en sécurité dans le respect de l’environnement. »
  • Permettre aux élèves de rouler en sécurité à VTT.
    Travail sur différentes notions basées sur la vigilance   (distance, matériel, vitesse…)

La préparation du projet

Pédagogie :

Une équipe d’enseignant, portée par 2 professeurs d’ EPS a eu l’idée pour lutter contre le décrochage scolaire d’un trop grand nombre d’élèves, d’utiliser le VTT comme appui pour l’élaboration de leur contenus d’enseignement.
Le projet porte sur une classe entière et ces élèves ont été ainsi tous regroupés dans une même classe pour l’année 2010/2011.

L’action est portée par une équipe transdisciplinaire constituée uniquement d’enseignant volontaires pour ce projet.
Cette équipe a été créée en amont du projet.
Les élèves de ce projet sont volontaires, souvent en difficulté scolaire et aiment pratiquer le VTT.
Ils auront 2 h de plus par semaine d’ EPS avec comme principal support le VTT.
Suite aux chutes et accidents, l’éducation routière est devenue la base des contenus.

COMPOSITION DE ÉQUIPE :
En EPS : L’enseignement est dispensé par deux professeurs d’ EPS du collège Mme Jaouën et M. Décréau. En effet, la pratique du VTT demande réglementairement 2 enseignants.
Deux heures par semaine dans l’emploi du temps de la classe en supplément des 3 heures d’ EPS hebdomadaires.
En FRANÇAIS : Mme Pipaud-Cahingt
En ANGLAIS : Mme Rivalland
En MATHÉMATIQUE : Mr Juvin
En SCIENCES PHYSIQUE : Mme Hatton
En TECHNOLOGIE : Mr Coudert
En SVT : Mme Charrier

Organisation :

Plusieurs intervenants nous ont aidé pour l’élaboration :
Le collège qui a acheté 14 VTT ainsi que multiples matériels de réparation et de sécurité.
La préfecture   qui nous permis financièrement de réaliser notre séjour à Pornic sur 3 jours.
Les gendarmes de St Philbert de Grand Lieu qui sont intervenus pour la sécurité.

Mise en œuvre :

Période : tous les lundi les élèves vont travailler durant 2h avec les professeurs d’ EPS sur le VTT et son éducation routière
Durant les autres cours, ils travailleront les thèmes disciplinaires en prenant appui sur l’éducation routière.
Durée : Ce projet a lieu sur toute l’année scolaire 2010/2011

Lieu : L’action se situe naturellement à l’intérieur même du collège mais aussi dans le canton de St Philbert pour la pratique du VTT.

Temps fort : Organisation par les élèves d’un raid VTT de 3 jours à Pornic (200 km)

La réalisation du projet 

A- Un temps fort dès le départ : le raid à Pornic

Organisation :

En octobre, les élèves ont organisé un raid VTT à Pornic qui a duré 3 jours.
Ils devaient planifier toute la sécurité routière :

Élaboration du trajet   : connaissance des cartes, des différentes types de routes et chemins.
Ils ont choisi l’itinéraire le plus sécurisé en évitant au maximum les grandes routes.
Ils l’ont tracé sur les cartes. (présenté en annexe)

-Matériel : ils ont dû répertorier tout le matériel nécessaire à la sécurité :
- gilet   jaune
- casques
- trousse de secours
- réparation

Les gendarmes sont intervenus pour la vérification des vélos et une information sécurité routière.

Cette organisation s’est faite lors des 2h supplémentaires d’ EPS mais également sur les autres disciplines
Ex : Mathématiques : travail sur les échelles de la carte
Français : articles…

Réalisation :

Les élèves accompagnés de 5 professeurs de l’équipe pédagogique de la classe ont réalisé 200 km en 3 jours.
Les jours 1 et 3 étaient consacrés à la pratique du VTT pour se rendre et revenir de Pornic.
Le jour 2 était consacré en un travail scolaire sur différentes disciplines :
- Ils ont travaillé sur les échelles mathématiques.
- Une grande partie a aussi été consacré à l’anglais où les élèves ont appris à s’exprimer dans cette langue à propos du VTT.
- Le professeur de SVT a beaucoup travaillé également sur la vitesse et l’incidence de celle-ci sur le rythme cardiaque ( les élèves étaient équipés d’un cardio-fréquence-mètre).

Bilan :

Le raid s’est déroulé dans de bonnes conditions et cela a soudé les élèves entre eux.
Cela a permis réellement d’aborder les questions de vigilance en sécurité routière.
Plusieurs chutes et un accident ont eu lieu sur le parcours.
La raison était toujours la même : manque de distance de sécurité entre les vélos.

B – L’accident : le point de départ :

Suite à ce raid, les élèves avec l’équipe pédagogique ont décidé d’orienter le plus possible les contenus d’apprentissage sur l’éducation routière et notamment sur la vigilance pour éviter les accidents

Durant les 2 supplémentaires d’ EPS, nous avons pratiqué le VTT mais aussi beaucoup travaillé en « théorie-pratique sur la sécurité »
Des parcours sécurité routière avec panneaux ont été mis en place.
Nous avons passé beaucoup de séances à tester et vérifier les distances de sécurité calculées en maths en pratique sur les vélos.

Nous avons également fait des exposés sur ces notions (en annexe)

Autres disciplines :

Mathématiques : travail sur les formules mathématiques permettant de calculer les distances de sécurité.
Anglais : travail sur les panneaux notamment
Sciences physiques : travail sur les représentations graphiques de vitesse

Le bilan du projet 

A- L’aspect innovateur :
L’aspect innovateur de ce projet réside dans le fait que 2h dans l’emploi du temps des élèves sont consacrées spécifiquement au « réaccrochage » scolaire des élèves dits « décrocheurs ».
Ce créneau supplémentaire de 2H est fédérateur pour l’ensemble des enseignants de la classe. En effet, afin de lier la théorie à la pratique et vis et versa, l’équipe enseignante travaille autour du même thème. Ainsi, chaque professeur exploite dans sa discipline toutes les interactions possibles.

B- Évaluation :
Un des aspects particulièrement expérimental / innovant et d’importance capitale pour atteindre nos objectifs quant au « décrochage scolaire » est la forme de l’évaluation.

- L’ÉVALUATION : L’évaluation doit prendre en compte non seulement les savoirs proprement dits, les savoirs faire développés dans les différentes disciplines, mais surtout, le savoir être de l’élève, source de nouveaux comportements mieux adaptés.
Ainsi, l’évaluation de ces 2H d’activités physiques optionnelles ne portent en aucun cas sur une évaluation sommative (qui pourrait à nouveau mettre l’élève en situation d’échec, donc de décrochage) mais au contraire, une évaluation en terme de compétences sociales et civiques, en termes d’autonomie et d’initiative et en terme de culture. (compétences que l’on retrouve dans les acquisitions du socle commun).

INDICATEURS RETENUS

- Bulletins scolaires :
Si la lutte contre le décrochage scolaire est efficace, nous devrions voir des améliorations dans l’ensemble des disciplines tant au niveau des résultats que du comportement  .
Nous avons, à l’heure actuelle (avril 2011), une petite expérience de ce projet (seulement 2 trimestres) et déjà, aussi incroyable que cela puisse paraître, de réelles transformations se sont produites et les bulletins chez plusieurs se sont nettement améliorés dans l’ensemble des disciplines.

-Le nombre de chutes et d’accidents :
Nous avons objectivement moins de chutes.
Cependant, les élèves, si on ne leur rappelle pas ont réellement du mal avec la distance de sécurité.
Nous constatons néanmoins de réels progrès de ce côté.